SITE OFFICIEL DU ROYAL OFFICE DU TOURISME D'ARLON - PROVINCE DE LUXEMBOURG - BELGIQUE

:: AGENDA ::

Agenda

Contact

FR

NL

DE

UK

Decouvrir

_____________________________________________________________________

Home > Decouvrir > Patrimoine religieux

 

 
Arlon et son patrimoine religieux est un des thèmes proposé pour nos visites guidées.
N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.
 

 
   
 

 

L'église Saint-Martin (bâtiment classé)

L’église Saint-Martin, érigée par souscription publique, est la troisième du nom à Arlon. La première (VIIIe s.) se trouvait hors des murs de la ville et fut incendiée au milieu du XVIe s. Le culte est alors transféré dans une église installée au centre d’Arlon (1558) et détruite en 1935.
On raconte que la construction de l’actuelle église Saint-Martin (de 1907 à 1914) découle de la volonté royale de Léopold II de signaler les deux extrémités du pays par des édifices importants, et de celle des Arlonais, désireux d’avoir une église à la mesure du nouveau statut de chef-lieu de province de la ville. Son architecture est lorraine, de style ogival rayonnant (XIIIe s.). Sa tour mesure 97m. Consacrée en 1937, l'église est classée depuis 2002.

L'église Saint-Donat

Le château du premier comte d’Arlon, Waléran, est érigé sur la butte au XIe siècle puis détruit en 1558 avec les remparts de la ville par les troupes du Duc de Guise. Lorsque les Pères Capucins s’installent à Arlon en 1621, ils font construire leur couvent sur les ruines du château. En 1682, une enceinte bastionnée de type “Vauban” est érigée, transformant le couvent en citadelle. Victime de la foudre en 1719, l’église est dédiée à saint Donat. L’ancien couvent des Capucins est définitivement supprimé en 1796. Seule l’église subsiste et est réaménagée au XXe siècle.

La colline et l'église Saint-Donat

De la colline qui surplombe la ville et où s’élève Saint-Donat, la vue s’étend sur cinq régions différentes : la France, le Grand-Duché de Luxembourg, l’Ardenne, la Lorraine et l’Allemagne. Cinq pays pleins de trésors cachés souvent méconnus, de nature encore intacte, et parfois sauvage et même dangereuse, au contact desquels le promeneur perd la notion du temps qui s’écoule.

L'église du Sacré-Coeur

La fondation d’une maison pour l’ordre des Jésuites est décidée en 1855. Arlon semble convenir parfaitement à cette installation. Durant la Révolution française, plus aucun ordre religieux n’est présent à Arlon. Après cette période, en septembre 1895, la construction d’une nouvelle église d’architecture romano-byzantine est entreprise et l’édifice est dédié au Sacré-Cœur. Arlon accueille le second noviciat de la Compagnie de Jésus de Belgique ouvert jusqu’en 1967. L’action sociale et culturelle des Jésuites est très importante pour la ville, notamment par la création d’un club de football.

La Synagogue (bâtiment classé)

En 1860, la Communauté Israélite d’Arlon, importante par son nombre et son activité commerçante, décide de la construction d’une synagogue, inaugurée en 1865. Il s’agit de la première synagogue de Belgique (majoritairement financée par des biens publics). Le bâtiment est ensuite décoré et aménagé (1872). De style romano-byzantin, sa façade extérieure présente des allures orientales. Les deux baies jumelées situées au pignon représentent un symbole juif, les deux Tables de la Loi, qui ornent également le fronton triangulaire de l’édifice. Arlon abrite aussi le plus ancien cimetière juif de Wallonie encore en état (1856).

L'Abbaye de Clairefontaine

La comtesse Ermesinde (1186-1247) rêve de la fondation d’une abbaye située symboliquement à la limite de ses terres d’Arlon et de Luxembourg. A vocation de sépulture dynastique, l’abbaye est réservée à des femmes de la noblesse. La construction et la dotation des bâtiments en 1253 sont assurées par Henri Le Blondel. En 1794, les moniales fuient vers Luxembourg et le feu des troupes françaises mutile l’abbaye. Le couvent est démantelé, vendu et sert de carrière de pierre. En 1874, les Jésuites rachètent une partie du site pour y ériger leur maison de campagne. Ils y découvrent les restes de la comtesse Ermesinde et construisent une chapelle néo-romane pour y accueillir sa sépulture.
Le site est ouvert gratuitement au public de 8h à 20h.

La Chapelle Godefroid Kurth

Godefroid Kurth (1847-1916) est, ainsi que l'écrivait Alfred Bertrang dans son Histoire d'Arlon, l'homme le plus célèbre qu'ait vu naître la ville d'Arlon. A 25 ans, il fut nommé professeur à l'Université de Liège et chargé des cours d'histoire du Moyen Age et d'histoire des littératures. Après un voyage d'étude en Allemagne, il inaugura le cours de critique historique et devint ainsi le créateur de la science historique en Belgique. Ses publications sont innombrables et il fait encore autorité en Europe. Il professa l'amour de la patrie et mena avec fougue un combat contre les conservateurs du parti catholique et en faveur de la démocratie chrétienne. Son buste se trouve devant le musée archéologique et son tombeau au cimetière de Frassem.

La Chapelle Saint-Nicolas

Cet édifice se trouve au croisement des deux rues qui déterminent le village d'Autelhaut. La porte d’entrée de la chapelle mentionne la date de 1634, mais la construction originale remonterait au Xe siècle. Jadis, cette chapelle était fortifiée. Elle était entourée d’eau sur au moins trois de ses côtés et permettait à la population d’y trouver refuge. Elle connut, entre autres, d’importants aménagements en 1876-1877, sur les plans de l’architecte provincial J. L. VAN DE WIJNGAERT. Les fontaines qui se trouvent à proximité de l’église attestent des aménagements réalisés pour apporter l’eau courante dans les villages au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

La Chapelle Sainte-Croix

Sa construction date de la fin du XVIIe siècle, mais l’inscription qui le rappelle est effacée depuis longtemps. Elle appartenait alors aux Orfèvres de la Ville. Malgré sa confiscation lors de la Révolution française, elle connait une nouvelle ferveur au XIXe siècle. La messe y est dite fréquemment et particulièrement durant le Carême. Le Vendredi Saint représente le jour de plus grande affluence, et toute la journée est consacrée à la prière en commun. Jusqu’en 1910, elle reste isolée au milieu des champs avec pour voisin le lavoir, fort fréquenté par les Arlonais. Elle est construite en calcaire lorrain et son portail est de style Renaissance.

Le cimetière

La partie ancienne du cimetière d’Arlon rassemble, depuis le XIXe siècle, des sépultures au décor remarquable, ainsi que celles des grands hommes qui ont fait l’histoire d’Arlon. L’endroit permet une agréable balade. A voir également, le plus ancien cimetière juif de Wallonie en état.
Infos au +32 (0)63/22 46 79.

 
   

 
Le Belvédère de l'église Saint-Donat.

La rosace de l'église Saint-Martin.
 

 
 

MENTIONS LEGALES